dans Uncategorized

Promenade

De l’importance de vivre paisible, en harmonie avec le doux vent de l’éternité et d’entendre la conscience au petit matin chanter trois fois.

Quand le monde va trop vite et que je deviens cette vitesse, à moins d’être une particule de lumière qui rirait de cette lenteur, j’y perds mon souffle que je troque contre une bouteille d’oxygène artificiel.

Alors, je suis l’unité. Je suis l’amplitude du coeur qui gonfle à chaque inspiration amoureuse et s’élève lentement à chaque expiration heureuse, défiant la gravité qui retient les hommes collés au bitume, pour une douce promenade dans le vent, à travers les nuages, parmi les étoiles.

Ecrivez

Commenter